Kathy Baig, ambassadrice, MBA 2014

Kathy Baig, ing., FIC, MBA

Présidente – Ordre des ingénieurs du Québec

« Le MBA a été un choix naturel pour moi »

Détentrice d’un MBA de HEC Montréal depuis 2014, Kathy Baig est présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Au moment où elle entre en poste en 2016, l’organisation traverse une crise importante. « Le MBA m’a donné la confiance et les outils dont j’avais besoin pour trouver des solutions. »

Aujourd’hui, elle a de quoi être très fière du chemin parcouru! Sa contribution exceptionnelle au sein de cette organisation lui a valu plusieurs distinctions dont celle d’être nommée en 2019 au palmarès Canada’s Top 40 Under 40 qui récompense les Canadiens de moins de 40 ans s’étant particulièrement illustrés dans leur domaine respectif.

Son intérêt pour les positions d’influence ne date pas d’hier. La jeune femme de 38 ans, fille d’une mère québécoise et d’un père pakistanais, a toujours voulu occuper des fonctions qui lui permettraient de faire bouger les choses. « Alors que certaines consœurs souhaitaient agir comme militantes, c’est plutôt en tant que leader d’une organisation que j’entrevoyais mon avenir. »

Après des études en génie chimique à Polytechnique Montréal, puis à l’Institut national des sciences appliquées de Toulouse, Kathy Baig fait carrière en ingénierie pendant plus de 10 ans au sein de grandes entreprises. Parallèlement, elle obtient un diplôme d’études supérieures spécialisées en gestion de HEC Montréal, puis un MBA au sein de la même institution.

« Le MBA de HEC Montréal a été un choix naturel, notamment à cause de la réputation de l’établissement. » Elle a particulièrement apprécié l’approche par études de cas et les discussions collectives qui permettent de faire émerger les meilleures stratégies.

Sa formation MBA lui a permis de développer de nombreuses compétences qui lui sont tout aussi indispensables comme gestionnaire que dans sa vie personnelle. Il n’est pas étonnant que le mot « enrichissant » soit le premier qui lui vienne en tête pour résumer son MBA !

Cette femme aux réalisations hors du commun précise que le MBA ne doit pas être vu comme un passeport automatique vers les sommets d’une organisation. « Il faut y entrer avec une grande ouverture d’esprit, en ayant un réel désir d’apprendre, de s’améliorer et d’élargir son réseau. En abordant le MBA de cette façon, on en maximise vraiment la valeur. »

D’autres ambassadeurs